Aujourd'hui,
URGENT
Covid-19: la vaccination des Burkinabè débutera dans la première semaine de juin 2021.
Santé : un premier lot de 115.000 doses de vaccins contre la Covid-19 est arrivé au Burkina Faso. 
Oudalan: les populations de Tin Akof se réfugient près du camp militaire après une attaque terroriste. 
Santé: l'OMS valide le vaccin chinois Sinopharm pour usage d'urgence contre la Covid-19. 
Sécurité alimentaire: le CILSS prévoit une saison pluvieuse humide pour la campagne agricole 2021-2022. 
Coopération: le président Xi Jinping réaffirme l’engagement de la Chine en faveur de la solidarité et de la coopération avec l’Afrique.
Politique: Alassane Bala Sakandé rejette un appel de jeunes pour sa candidature à la présidentielle 2025. 
Somalie: l’Union africaine a nommé l’ancien président du Ghana, John Mahama, au poste de Haut représentant. 
Football: la CAF décide du report des éliminatoires de la Coupe du monde de la Fifa Qatar 2022.
Yako : un enfant de près de 14 ans s’est donné la mort jeudi, par pendaison au secteur n°4 de Yako (AIB).  

POLITIQUE

L’armée burkinabè a promis lundi, de sévir contre certaines Forces de défense et de sécurité et contre certains VDP dont les mauvais comportements envers les populations, détériorent davantage dans certaines localités, la situation sécuritaire face à l’hydre terroriste.

Cette décision a été annoncée lundi soir à la télévision nationale par le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, Commandant du commandement des opérations du théâtre national, à la suite d’un Conseil supérieur de Défense nationale autour du président du Faso, le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba.

 Le lieutenant-colonel Bamouni a invité les populations à dénoncer ces comportements «aux antipodes» de la lutte anti-terroriste, à travers notamment les numéros verts : 10-10; 16 ; 17 et 80-00-11-45

La grande muette a aussi décrié les abandons de positions opérationnelles et de matériels par des FDS engagés contre le terrorisme,  causant ainsi un renforcement des capacités logistiques des groupes terroristes.

Selon Yves Didier Bamouni, cette situation expose davantage les populations civiles, leurs biens et les autres unités de défense du territoire.

Il a indiqué que tout personnel projeté dans les opérations de sécurisation qui sans avoir épuisé ses moyens de combats, abandonner sa position, s’expose à des poursuites judiciaires et pénales.

Tout en reconnaissant «la complexité de la situation», le lieutenant-colonel a insisté sur «l’absolue nécessité pour les FDS de défendre fermement leurs positions respectives.

Agence d’information du Burkina